Au vu du contexte national, de la baisse des dotations de l’état et des coupes budgétaires pour les collectivités, nous tenons à soutenir, dans une vision de bonne gestion, l’idée directrice d’une gestion saine.

Le désendettement de la commune nous parait être des plus essentiels et nous tenons aussi à remercier les agents qui, encore cette année, font de gros efforts pour le maintien du budget.

Nous tenons aussi, à saluer l’effort fait sur la rénovation de la rue des Haies Vives que nous avions déjà pointée du doigt lors de la validation du budget 2015

Toutefois, nous avons des points de désaccord que nous aimerions soulever.

– Premièrement, nous déplorons le manque d’investissement visible, sur la partie environnementale. Après la mise en place d’un accord international de la COP21, nous aimerions voir apparaître, au niveau communal, des projets environnementaux type rénovation ou réhabilitation de bâtiments anciens. De même que nous appelons à une réflexion approfondie sur les énergies renouvelables et sur nos bâtiments publics, dans un budget propre et défini. Force est de constater que ce n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui. Enfin, nous espérons aussi que les problèmes de voirie consécutifs à de nombreux travaux seront réglés rapidement afin de permettre la sécurisation des transports en mode doux.

– Deuxièmement, s’il est demandé aux agents municipaux de faire des efforts supplémentaires en terme d’économies budgétaires, qu’en est-il au niveau même des élus ? Sauf erreur de ma part, aucune discussion n’a été engagée sur les économies pouvant être réalisées par nous « les élus », dans le but de soutenir l’effort général.

Je suis bien conscient que nous n’avons pas un impact substantiel sur le budget, mais cela sera au moins un message politique fort envers nos citoyens et envers nos agents. (Exemple d’économie possible : baisse des indemnités ou virtualisation des agendas des élus)

– Dernier point, nous nous attendions à des investissements plus forts sur la rénovation de la MJC. La répartition proposée nous imposera, un investissement de 1.6 M€ sur 2017. Nous demandons à la commune de prendre un engagement solennel sur ce financement pluriannuel, et cela même en cas de fusion des communes, pour ainsi nous assurer la totale pérennité du projet et de sa finalisation pour 2017.

Pour les raisons citées et pour celle que mes colistières vont expliciter, nous nous abstiendrons sur les budgets de la commune.

Julien Tornier

Le Budget primitif principal cherche à juste titre un équilibre. C’est un budget qui s’appuie sur le principe d’une non augmentation des impôts, mais nous tenons à souligner le danger d’un contrôle trop important (voire excessif !) des dépenses de fonctionnement, notamment des charges de personnel qui représentent 52% du fonctionnement, ce qui est logique et habituel, mais que vous voulez réduire de -2%.

Derrière ce chiffres, n’oublions pas qu’il y a de l’humain.

Nos agents communaux font des efforts remarquables depuis longtemps pour obéir à ces décisions budgétaires : ceci pèse encore et encore sur leurs épaules et donc sur leurs conditions de travail. On a constaté durant les 2 derniers WE la difficulté à trouver des agents volontaires pour tenir les bureaux, ceci est un signe que nous devons entendre,

La commune est employeur et il ne faudrait pas avoir à répondre, du fait de ce « tour de vis » budgétaire, de problèmes de maladie du travail, de surmenage et de démotivation, ceci d’autant plus que la fusion des communes crée des inquiétudes pour le personnel.

Les économies de fonctionnement permettent certes d’équilibrer le budget mais à quel prix social?

Bénédicte Serrate

B. Accoyer répond sur le thème de la dette publique et notamment des collectivités territoriales qui devront baisser drastiquement leurs dépenses pour le futur…il en appelle à la solidarité trans- générationnelle et à notre engagement responsable….