La révision générale du PLU était devenue une nécessité absolue : après 1 an et demi, 80% des possibilités de construire initialement prévues (en principe pour une dizaine d’années) avaient été consommées. Compte tenu du désastre occasionné par ce PLU imposé sans concertation par la municipalité actuelle ( 1149 logements prévus ou en cours d’instruction depuis 2012 et même 925 d’ores et déjà construits ou pour lesquels le permis de construire est accordé) : Oui il faut réviser le PLU. Et ne pas le faire au profit des seuls promoteurs et au détriment d’équipements collectifs essentiels et de logement aux prix accessibles. Notre révision de PLU sera sérieuse et concertée, à l’opposé de l’échec de la municipalité actuelle et de sa tentative de révision en urgence pour calmer le mécontentement légitime des ancileviens.

Venez en débattre avec nous en laissant un commentaire