Depuis le 1er janvier 2017, la commune nouvelle est. Nous avons fait le choix de l’accompagner. Et même si c’était aussi un choix de l’équipe majoritaire, je pense, aujourd’hui encore, avec plus d’un an de recul, que c’était la juste décision. Mais encore…

Et bien, malgré des difficultés évidentes que des grèves des plus de 3000 fonctionnaires territoriaux d’Annecy ont souligné en fin d’année 2017, malaise, souffrances qui mettent en évidence des erreurs de gouvernance, il y a bien des raisons de satisfaction. A chaque conseil municipal, l’harmonisation se poursuit dans le consensus, avec toujours plus de décisions favorables pour les Ancileviens que néfastes. Des décisions qui s’inscrivent dans une démarche que nous appelions de nos vœux lors de la campagne électorale de 2014.

Lundi 26 mars 2018, nous avions 42 points à l’ordre de jour. Julien TORNIER est revenu sur l’un d’eux, majeur : la transition numérique ; soulignant la dimension politique de l’Open Data (le fait de rendre accessible au plus grand nombre des informations détenues par l’exécutif municipal, par exemple), tout en rappelant une nécessaire protection de nos données. Prendre les devants plutôt qu’une politique de l’autruche face à l’adversité ; emboiter le pas de l’Union Européenne qui a pris la mesure du sujet à temps, avec le Règlement Général pour la Protection des Données votée dès 2016 (qui est un règlement et non une directive, donc directement applicable pour tous au 25 mai 2018). Voilà un bon tempo et nous sommes plus forts avec une décision et des actions mutualisées qui concerneront 129.589 habitants en la matière (Effectif INSEE au 1er janvier 2018), qu’une décision qui aurait impliqué les seuls 21.000 ancileviens, face notamment à des géants du Net qui lorgnent sur ces eldorados…

Bien. D’autres exemples direz-vous ? Beaucoup de nos délibérations s’appuient sur notre robustesse financière, comme les garanties d’emprunts et le financement direct des logements sociaux. Nous sommes plus à même de poursuivre cette politique sociale, s’il en est. Autre exemple encore ? Toujours lors de cette même séance, une politique de transition énergétique que nous appelions déjà de nos vœux lors du précédent mandat a été adoptée. C’est donc chose faite aujourd’hui : elle était appliquée sur Annecy historique et le sera partout désormais, pour, par exemple, rénover l’isolation thermique d’une copropriété (Cf. lien ci-dessous). C’est plus dans le manque d’information de tous en la matière que le bât blesse, mais chacun peut y avoir accès et sera encore plus le cas lors du renouvellement de ces programmes. Pêle-mêle aussi, en matière socio-culturelle, des contrats Enfance-Jeunesse de qualité signés avec la CAF, que Marie-Claude MISCIOSCIA a suivis de près ; une compétence culturelle qui reprend de la vigueur alors qu’elle s’éteignait par manque de moyens, enfant pauvre de l’ex-C2A qui voulait redresser son autofinancement; en matière de sport, un alignement sur notre politique ancilevienne, déjà très ambitieuse en la matière, avec des équipements obligatoires comme les piscines, qui correspondent très justement à nos besoins à venir, avec quelques rénovations à prévoir, sur les Marquisats notamment.

Alors tout n’est pas devenu rose, non. Mais il y a bien plus de motifs de satisfactions, à ce jour, que de raisons de se morfondre dans une manière d’opposition de principe. Les actions se déroulent comme le prévoyait la charte de gouvernance adoptée, le pacte commun aux 6 communes. Un engagement, cela se respecte, tant que les partenaires ne fautent pas. Tel est mon regard, loin des postures. Ce n’est pas facile à assumer, vis-à-vis des électeurs et soutiens d’un groupe minoritaire actif comme le nôtre, mais nous nous devons d’expliquer et de rendre compte. Pas toujours simple pour les élus non plus, quand nous sommes pris dans le flot d’une gestion des dossiers qui nous demande encore plus d’implication pour découvrir nombre de nouvelles problématiques, comme vous pouvez l’imaginer. Et si l’on regarde le verre à ce jour, il est plus empli de sujets de satisfactions que du vide de nos putatifs regrets. Donc oui, plus de bonnes raisons d’avoir pris ce train exceptionnel désormais en marche, que d’être restés en gare et le regarder passer. A nous de suivre et de garder notre regard critique. Et vous de nous questionner et vous intéresser à ces sujets, pour faire de même.

A très bientôt.

Jean-Jacques PASQUIER

 

http://www.annecy.fr/807-renovation-energetique.htm