Ce lundi 23 janvier se tenait la deuxième réunion du conseil municipal de la commune nouvelle d’Annecy, pour poursuivre la mise en place des différentes structures devant assurer la gestion de la cité.

A l’ordre du jour, le vote pour la composition de 4 commissions : La commission d’appel d’offres d’une part, et d’autre part 3 commissions de délégation de service public pour l’enfance et la jeunesse ; les domaines techniques ; l’économie et le tourisme.

L’exécutif de la commune nouvelle avait concocté une liste unique pour chacune de ces commissions, et pensait ne pas avoir à ouvrir à des candidatures externes, puisqu’il jugeait que la diversité politique de ces listes était suffisamment assurée.

C’est en effet l’originalité de la fusion des communes : puisque les municipalités qui ont fusionné venaient de différents courants politiques, la « majorité » municipale est aussi plurielle politiquement. Evidemment, une opposition frontale à cette « majorité » serait ridicule et n’aurait aucun sens, mais faudrait-il pour autant que l’exécutif décide tout seul de qui fera quoi et où ? Pour nous, ce serait ignorer le rôle important que jouaient les oppositions dans les municipalités d’origine, et appauvrir le fonctionnement de la nouvelle municipalité en se privant de la richesse apportée par la diversité des approches.

Plusieurs élus progressistes de la commune nouvelle auxquels se sont associés ceux de « Plus Belle Ma Vie à Annecy-le-Vieux » ont décidé de présenter des listes alternatives aux listes de la majorité. Il s’agit en la circonstance d’une forme raisonnée «d’opposition», toujours salutaire en démocratie, et qui prouve que notre groupe Ancilevien continue d’exister avec force dans la commune nouvelle d’Annecy.

L’audace de cet acte d’indépendance a étonné. En plus, au lieu d’expédier en 2 minutes à main levée les votes, il a fallu procéder à un scrutin à bulletin secret pour les 4 commissions. Et comme toujours, l’audace a payé, ces listes ont recueilli un soutien suffisamment large pour obtenir, grâce au scrutin de liste à la proportionnelle, une élue titulaire et un(e) suppléant(e) dans 4 commissions majeures :

– Bénédicte Serrate élue à la commission d’appel d’offres, avec Alain Germani comme suppléant.

– Bénédicte Serrate aussi élue à la commission économie et tourisme, avec Annette Perrier comme suppléante.

– Marie-Claude Miscioscia élue à la commission enfance-jeunesse, avec Alain Germani comme suppléant.

– Annette Perrier élue à la commission des domaines techniques, avec Marie-Claude Miscioscia comme suppléante.

Avec une présence dans chacune des quatre commissions, nous aurons un pied dans les lieux où l’information circule et où les actions sont discutées en profondeur. Nous pourrons donc nous exprimer et avoir une influence.

On peut remarquer que nos listes alternatives étaient très féminines, avec chaque fois une femme en tête. Cela permet de rétablir un équilibre par rapport aux listes très masculines (à l’exception – un grand classique – des affaires sociales) de la majorité.